Concerto for violin and Orchestra

works

Concerto for violin and Orchestra

  1. Evocation d’un rêve
  2. Evocation d’un tango
  3. Evocation d’un monde perdu

Ecrit entre les années 2006 et 2008.
Cet concerto et constitue de trois évocations autobiographiques.

Le premier mouvemente “Evocation d’un rêve”, écrit pendant mon séjour à la Casa de Velázquez à Madrid ou j’étais comme compositeur en résidence 2004 – 2006.
Dans cette œuvre, vous trouverez des petits motifs évoquant la musique espagnole, notamment le cante jondo et la musique des tablaos, mais dans le contexte d’une orchestration contemporaine. J’évoque aussi mes racines sefardíes, L’ensemble constitue une sorte de “folklore imaginaire”, qui se mêle à des forêts oniriques où habitent des oiseaux qui n’existent pas. L’intervention du violon est extrêmement virtuose et expressive, et tâche d’exploiter toutes les ressources de l’instrument. Cet mouvement a était crée l’année 2006 comme œuvre indépendant par l’orchestre Pasdeloup avec Nemanja Radulovic comme soliste au Théâtre Mogador et suite au succès qu’a eu, on me a commandé deux autres mouvements pour compléter le format du traditionnel concerto pour violine et orchestre.

Dans le seconde mouvement, “Evocation d’un tango” j’évoque aussi une partie de mes origines argentins, de ma ville Buenos Aires, ou je vécu la plu part de ma vie. Au début, les rythmes et les mélodies s’entrelacent dans une vision des citations des tangos pas encore écrits, avec un pas cadencieux, et mélancolique, dans une atmosphère brumeuse. Dans la section centrale de cet mouvement, le violon se montre dans une mélodie très passionné, pour entreprendre après un jeu avec l’harpe el la célesta qui font une petite cellule minimaliste en un canon très étroit, tandis que le violon joue dans le registre grave, pour finir dans la mémé atmosphère du début du mouvement

Et le Troisième mouvement « Evocation d’un monde perdu » crée aussi comme œuvre indépendant dans la saison 2008 par les mêmes interprètes à la Salle Pleyel.

Dans “Evocation d’un monde perdu”, je développe des mélodies et rythmes de racines folkloriques sud-américaines, comme la Baguala, le Carnavalito ( “Petit Carnival”, Danse populaire folklorique du nord d’Argentine)., le Malambo (danse de compétition pour des hommes, originaire du centre – nord d’Argentine. C’est une évocation rythmique : l’homme imite le galop du cheval), des traces d’un monde précolombien, peu connu et perdu.
L’oeuvre commence avec une courte introduction du tutti ochestrale en crescendo et diminuendo, faisant un accompagnement en rythme de “baguala” (chant du Nord d’Argentine. c’est un hurlement, une protestation plaintive).
L’homme (ou la femme) hurle sa solitude, ou proteste contre son destin, contre sa condition. Musicalement est un sorte de passacaille, ou les cordes en pizzicato arpège imitent le charango (instrument indigène, comme une petite guitare, faite d’une caparaçon d’animal) et le timbale et Grosse Caisse, mènent cet rythme pendant toute cette premier section de l’œuvre. Dans cette première section je joue avec les possibilités lyriques du violon, avec des effets de résonance dans une orchestration dans laquelle les bois imitent le chant du soliste comme si furent des “quenas” (flûtes indigénes du nord argentin), que résonnent par l’écho des cimiéres des montagnes des Andes.
Après, cette atmosphère de féerie magique et solitude, est brisée par l’irruption abrupte d’une section violente ou on appelle aux “clusters” (groupes harmoniques des douze notes), avec des nuances diverses. Ce que donne une transition au seconde et dernier section qu’est une sorte de toccata où j’explore les possibilités virtuosistes du violon, avec un moto perpetuo que traverse par des differents paysages sonores ou on trouve des rythmes folkloriques du Malambo et Carnavalito.

L’oeuvre est dédié a Nemanja Radulovic, Benoît Duteurtre et l’Orchestre Pasdeloup

INSTRUMENTATION:

  • Piccolo
  • 2 Flutes
  • 2 Oboes
  • 2 Clarinets in Bb
  • 2 Bassoons
  • 4 Horns in F
  • 3 Trumpets
  • 2 Trombone
  • Bass Trombon
  • Tuba
  • Timpani
  • Percussion (2)
    • I – Glockenspiel, Cymbal susp. , 2 Bongos, Castañuelas , Tam-tam , Vibraslap ,Güiro , Maracas, Wind metal chimes.
    • II – Vibraphone, Grosse Caisse, Cymbal susp. ,3 Tom-Toms, 5 Temple-blocks, ,
      Wind metal chimes ,Wind wood chimes (bamboo),Water Gong.
  • Harp
  • Piano/Celesta
  • Strings

Year

2006

Instrumentation

3(picc).2.2.2-4.3.3.1-Timb. Perc. (2). Harpe.Piano/Celesta- Cordes. Violon soliste

Duration

27 m.

Premiere

Orchestre Pasdeloup - 05/12/2009 Paris. Salle Pleyel

Conductor

Wolfgang Doerner

Soloist

Nemanja Radulovic

Commission

Musique Nouvelle en Liberté - Ville de Paris - Orchestre Pasdeloup