Ciclo de canciones / Song cycle for soprano colorature & orchestra

works

Ciclo de canciones / Song cycle for soprano colorature & orchestra

Ciclo de canciones / Song cycle

para soprano coloratura y orquesta

Le Cycle de chansons pour soprano colorature et orchestre s’est construit, comme le précédent, en plusieurs étapes. D’abord après la rencontre d’une interprète, la soprano japonaise Ayako Tanaka dont la voix a immédiatement captivé le compositeur. La première chanson a été composée pour elle, en 2014, sur un texte de l’épouse d’Esteban Benzecry, la peintre et poétesse Fernanda Caputi. Cette mélodie intitulée Del encuentro al camino (« De la rencontre au chemin ») évoque la rencontre de deux cultures, l’Argentine représentée par sa fleur nationale, le Ceibo, et la Sakura japonaise. Après cette première mélodie, Esteban Benzecry a désiré entreprendre un cycle plus vaste pour chant et piano, toujours « porté par cette voix exquise et délicate, pleine de variétés, de nuances. Elle m’a inspiré pour exploiter le lyrisme, la virtuosité, les aigus extrêmes, et passer du chant délicat de La Nuit à la virtuosité sauvage d’Autel de l’existence. Enfin, dans un troisième temps, Ayako Tanaka et le chef d’orchestre Pablo Boggiano m’ont commandé la version orchestrale du cycle, qui fut créée à Buenos Aires, à l’Auditorium National du Centre Cultural Kirchner le 24 février 2017 par l’Orchestre National d’Argentine sous la direction de Pablo Boggiano. »  Cette œuvre a été récompensé par l’association des critiques musicaux d’Argentine, obtenant le prix de la meilleure création mondiale de la saison 2017. Elle est dédiée à Ayako Tanaka et Pablo Boggiano

 

Outre le poème initial de Fernanda Caputi, Ce cycle de cinq chansons est complété par les textes Paix du poète argentin Alfonsina Storni (1892-1938), Quiero ser (« Je veux être ») du poète argentin Ana Lía Berçaitz (1947), La noche (« La nuit ») de la chilienne Gabriela Mistral (1889-1957) et Altar de la existencia (« Autel de l’existence ») – cette dernière poésie étant extraite d’un texte en langue quechua de la communauté de Coracora au Pérou. Des hommes et des femmes y chantent leurs strophes sur l’amour, l’origine de l’existence, et la rivière sacrée à laquelle ils apportent leurs offrandes. Ces cinq mélodies, qui peuvent être jouées successivement, ou séparément, ont pour fil conducteur « la présence de la nature, les questions sur l’existence et l’Amérique latine se présentant à travers une vision et une voix féminine. »

 

Year

2014

Instrumentation

[2,2,2,2]-[2h,2trmpt]-[timp]-[perc]-[piano]-[str]-[soprano solo]

Duration

20 minutes

Premiere

Orquesta Sinfonica Nacional de Argentina.
Auditorio Nacional del Centro Cultural Kirchner 24.02.2017

Conductor

Pablo Boggiano

Soloist

Ayako Tanaka

Commission

Ayako Tanaka & Pablo Boggiano

Prize

Premio de la ACMA (Asociación de Críticos Musicales de la Argentina) a la mejor obra estrenada durante la temporada 2017

Videos